Avez-vous des questions ?
0800 600 555
COMMANDÉ AUJOURD'HUI JUSQU'À 15h00 - LIVRÉ DEMAIN
LIVRAISON GRATUITE À PARTIR DE CHF 99.-*

Quelle vitesse : 25 ou 45 km/h ?

Profiter au maximum de son vélo électrique

Le choix de la vitesse est déterminant car il est interdit d’apporter au vélo électrique des modifications ultérieures, même si c’est possible sur le plan technique. Alors qui souhaite profiter le plus longtemps possible de son vélo électrique doit tout d’abord se poser la question de la vitesse souhaitée. Selon leur puissance et leur poids, tous les véhicules motorisés sont assignés par le législateur à une catégorie bien précise qui définit également la vitesse maximale autorisée. Plus un véhicule est rapide, lourd et puissant, plus les restrictions sont nombreuses dans la catégorie correspondante. Il n’en va pas autrement du vélo électrique : hormis l’âge minimum requis, les vélos électriques avec assistance au pédalage de 25 km/h sont assimilés à des vélos normaux. En revanche, ceux atteignant 45 km/h présentent déjà certaines particularités. Quant aux vélos électriques encore plus rapides ou équipés de moteurs plus puissants, soit ils passent dans la catégorie supérieure, soit ils ne peuvent être conduits que sur des voies privées.

plaisir de conduire

Source: Stromerbike

Clique ici pour découvrir tous les S-Pedelec de notre gamme !

  Bon à savoir : que signifie assistance jusqu’à 45 km/h ? Obligations
  • Permis de conduire et de circulation (important à l’étranger !)
  • Casque obligatoire (casque intégral obligatoire dans certains pays comme p. ex. l’Autriche, l’Italie et le Danemark !)
  • Plaque d’immatriculation jaune avec vignette valable
  • Miroir arrière obligatoire
Interdictions
  • Interdiction de circuler sur les chemins de randonnée
  • Respect de l’interdiction de circuler pour les vélomoteurs (symbole de vélomoteur)
  • Interdiction de circuler sur les pistes cyclables à l’étranger, p. ex. en France
  m-way_restriktionen-45kmh_fr Aide à la décision Questions à se poser : Question 1: Quel est le type de véhicule qui me correspond et qu’est-ce qui est important à mes yeux ? Question 2: Où est-ce que je me déplace le plus souvent et comment (transport d’enfants, topographie, etc.) ? Une fois que vous aurez répondu à ces questions, il sera déjà plus facile de savoir si la balance penche plutôt en faveur d’un vélo électrique « normal » ou d’un S-Pedelec.

Cliquez ici pour découvrir tous les règles pour les vélos à assistance électrique !

 

1re question : quel type de cycliste suis-je ?

  Type 1 : le coureur sportif Il se déplace rapidement en vélo de course ou City-Bike et fait beaucoup de vélo durant ses loisirs. Ce type de cycliste ne pourra pas se contenter d’un vélo électrique normal. Le moteur bridé à 25 km/h est un sérieux handicap ! Notre conseil : à tout prix jeter un œil chez m-way et faire quelques tours avec nos vélos tests. Une démarche qui permettra notamment de choisir le type de moteur (Bosch, Steps, Panasonic). Type 2 : la pendulaire Elle conduit surtout en ville mais le trajet pour se rendre au travail passe par des pistes cyclables et des routes hors des localités. Et c’est là qu’elle aimerait bien se déplacer rapidement pour arriver au travail détendue, sans être en nage. Et pour cela elle est prête à porter un casque. Dans ce cas, un vélo électrique à 45 km/h est le must absolu. Le S-Pedelec déploie tous ses atouts sur des distances à partir de 10 km et des durées de trajet de 20 minutes et plus. C’est là que le gain de temps se fait le plus sentir, comme l’illustre l’exemple suivant : durée de trajet pour 12 km : 30 min à 24 km/h ; 20 min à 36 km/h. Type 3 : Take it easy Son vélo électrique a un cadre berceau ou un cadre femmes des plus chic. La batterie est située sous le porte-bagages ou intégrée dans le tube central. Le port du casque est un affront à son élégante coiffure. Il n’y a aucun doute : le vélo électrique 25 km/h est conçu pour ce type de cycliste. Autre avantage appréciable : inutile de se préoccuper de la vignette chaque année. Dans ce cas précis, un S-Pedelec ne présente strictement aucun avantage. Type 4 : Walter et Marianne, retraités Walter est un passionné de vélo, alors le vélo électrique ne présente aucun intérêt pour lui. En revanche, Marianne a du mal à tenir le rythme de son mari et halète toujours derrière lui. Dans ce cas de figure, un vélo électrique 25 km/h équipé d’un moteur puissant s’impose. Ainsi, Marianne n’a plus aucune peine à suivre son mari, même sur les chemins de randonnée, et en outre faire les achats à vélo n’est plus une corvée. Pendant une longue période du 30 km/h à vélo est une prouesse physique considérablement sous-estimée par la plupart des cyclistes. Un S-Pedelec ne ferait qu’inverser la frustration car Marianne finirait par semer son mari. Type 5 : Reto, père de famille, 2 enfants Chaque matin, Reto emmène les petits à la crèche avec la remorque, de là il se rend directement au travail. Mais comme la crèche est située en hauteur sur le versant d’une montagne, on doit prendre en considération la montée en raison de la charge de traction très élevée. Raison pour laquelle il aimerait être assisté d’un moteur. Mais un simple vélo électrique suffit-il dans ce cas de figure ? Reto n’a qu’un budget limité. Les différences de prix entre vélos électriques de 25 et 45 km/h ont considérablement diminué, mais existent toujours. Équipement et accessoires viennent en outre s’ajouter au prix d’achat. Et plus la batterie est puissante, plus le vélo est cher. Un vélo de 25 km/h répondrait sûrement aux besoins de Reto.  

2e question : Topographie et domaine d’utilisation

  Type 1 : Zones urbaines avec peu de dénivelés, surtout des trajets courts < 10 km m-way_topographie_staedtisch-urban Exemples : Bâle, Bienne, Winterthur, Thoune, Zurich (centre-ville) Ceux qui se déplacent exclusivement en ville avec de nombreuses zones à 30 km/h n’ont peut-être pas réellement besoin d’un S-Pedelec. Des études ont effectivement révélé que dans ce cas la vitesse moyenne du cycliste est seulement de 30 km/h. Un vélo électrique de 25 km/h suffit donc amplement. Il est conseillé de faire éventuellement l’acquisition d’un deuxième chargeur pour de plus longues distances afin d’éviter toute panne. Type 2 : Agglomérations avec peu de collines et des dénivelés, distances moyennes de 10-15 km Exemples : Olten, Liestal et autres villes de la région préalpine le long des lacs et plaines fluviales telles que Brienz, Interlaken, Saint-Moritz ou Coire. m-way_topographie_rural-agglomerativL’option 25 km/h accompagnée d’une batterie un peu plus puissante pour une plus grande autonomie suffit largement pour les cyclistes occasionnels. En ce qui concerne les pendulaires toute la question est de savoir à quelle vitesse ils souhaitent se déplacer. Un S-Pedelec ne présente d’intérêt que pour une vitesse moyenne élevée. Mais celle-ci est généralement exagérée : une motorisation moyenne fait souvent l’affaire. Outre le moteur et la batterie, jeter également un œil sur le groupe de transmission qui doit être parfaitement adapté au moteur. Type 3 : Villes et zones rurales avec dénivelés et/ou longues distances ≥ 20 km Exemples : Lausanne, Fribourg, Spiez ou Grindelwald m-way_topographie_alpins-steil_bergeDans ces endroits un S-Pedelec n’est pas une nécessité en soi. Un moteur très puissant accompagné de la batterie correspondante, comme p. ex. dans le cas des VTT, peut très bien faire l’affaire. Et ce, même s’il faut tirer une remorque. En montagne, le couple (force motrice) du moteur est important. Un couple de 55-70 Nm est idéal. En ce qui concerne la transmission, opter en tout cas pour une chaîne avec dérailleur ou un moyeu à vitesses intégrées. Un S-Pedelec est un bon choix si la distance doit être parcourue rapidement.

Table des matières


1. Obligations et interdictions
2. Aide à la décision
3. Quel type de cycliste suis-je ?
4. Topographie et domaine d'utilisation